09 mai 2011

Dérapages au conseil - Le grand retour des "PIP"

Les dernières années de PSE nous avaient fait oublier le processus de Performance Improvement Plan (PIP, cf notre page Wiki à ce propos), occasion loyale d'aider un collaborateur en difficulté ou plus fréquemment antichambre des licenciements de "Low Perfs", suivant l'humeur du manager.

Si dans l'absolu du fonctionnement d'une entreprise, le principe de licenciements pour insuffisance professionnelle se justifie, la correlation de 4 éléments nous a très fortement interpellé :
- L'absence d'impact au conseil lors du dernier PSE
- L'absence d'évocation de risques lors de la toute dernière consultation sur l'emploi
- La précipitation à déployer soudainement en Q4 de nombreux PIP, notamment à l'encontre de collaborateurs en inter-contrat prolongé.
- La combinaison des orientations : faible TU et/ou compétence produit plus stratégique et/ou collaborateur région.

Alors Licenciement Eco or not Licenciement eco ?
C'est une questions qu'il est hors de question de laisser dans le doute par un sacrifice dans l'ombre de collaborateurs sur l'hôtel de la marge.

Nous avons souhaité prendre les devants sur ce point :

Nous vous encourageons à lire la déclaration intersyndicale CFDT-CGC-CGT à ce sujet, et ne manquerons pas de vous tenir informés des suites.

Vous tenir informé au jour le jour - Abonnez vous au flux du blog en 1 click
Pour rester au coeur de nos actions - Rejoignez nous en adhérant.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Touché en plein dans le mille !

Avez vous connaissance d'un manager ayant déja suivi un PIP ?

C'est tellement facile de faire supporter à son équipe ses propres échecs.

Anonyme a dit…

Non, Non, à partir d'un certain niveau de management, le PIP est Promotion Immediate de Protection. N'en avez vous pas vu passer une "Enorme" récemment ?
N'y a t'il pas d'ailleurs de PIP dans ce qui reste de cette équipe ?

English a dit…

bonjour,
je ne connaissais pas cette terminologie "P I P" , mais vous confirme bien que la mécanique est lancée au conseil alors qu'il était sensé ne pas être impacté par le dernier PSE.

Fin mai et nouvelle fiscale arrivant , c'est la braderie du consultant et les propositions d'accompagnement poussées pour les consultants région, à faible TU et/ou compétence produit plus stratégique .
Un discours en opposition totale avec le périmètre du dernier PSE qui normalement ne concernait pas le conseil

Anonyme a dit…

Sans compter les remontées de bretelles concernant les recommandations de sur-staffer des projets, au détriment de la relation client à long terme, où même du bon déroulement du projet.

Maître Capello a dit…

En raison de la politique agressive de réduction des T&E, la marge ne peut se payer le luxe d'aller à l'hôtel, mais se contente d'un simple autel, sur lequel elle acceptera par ailleurs avec plaisir tous les sacrifices de consultants, après que ceux-ci se seront vus offert un dernier petit PIP.

Anonyme a dit…

Si on devait "PIPer" les managers à l'aune des départs massifs dans leur "équipe pas concernée", certains auraient déjà senti le vent du boulet, non ?

Le pip ne concernerait donc que les subalternes, ou les managers sus mentionnés n'ont pas fini leur tâche ?

Anonyme a dit…

faudra t'il attendre un accident comme chez FT pour que les choses changent ?