04 janvier 2005

Cataclysme en Asie - Oracle Abonde à 100% les donations de ses salariés

Larry Ellison a annoncé que chaque dollar versé par ses salariés à une des 5 ONG supportée serait abondé du même montant par la société dans la limite de 5 Millions de dollars.

http://oracle-tchooze-fr.blogspot.com/2005/01/oracle-supporte-les-donations-pour.html

Tout est la pour susciter la générosité...


2 commentaires:

Anonyme a dit…

Tout est là pour suciter.... Ou pour culpabiliser !
A la limite de l'irresponsable... Si les salariés ne donnent pas... Alors l'entreprise ne donne pas !

Une situation aussi grave que le Tsunami, ou plutôt de l'apparition médiatique causée par le Tsunami d'une partie de la population de ce continent sans ressource justifie-t-elle une telle démagogie des entreprises ?

Et pour les 2 000 000 de morts du paludisme par an... ?
Et pour les morts du Sida ?

D'autant plus que dans la plus part de ces cas, ces situations perdurent à cause d'une horrible volonté économique !

Et pour les régions touchées par le Tsunami, elle n'ont pas attendu cette catastrophe pour payer le lourd tribu d'une répartition des richesses inéquitables. Et la population touchée est en grande partie la même qui vie dans les bidons villes.

Il semble que la société Business Objects fasse de même que Oracle sur ce sujet.

Quand le code du travail instaure une notion de subordination dans le code du travail, quid de la relation employé donnateur/Employeur surenchérisseur ? des MBOs bientot sur ces sujets ?

La charité doit elle exister et être entretenu par les employeurs ? ne doit elle pas plutot disparaitre en amont meme si aujourd'hui la situation oblige à faire charité !???

Autant de questions sans réponse soumise par ces entreprises qui utilise les méthodes des précheurs/prédicateur de l'argent au demeurrant sectaire.

Opalungo a dit…

Il est vrai que, sur ce sujet, la position des entreprises peut être critiquée. En tout cas, le point est discutable (il y aura des gens qui diront qu'elles le font avec de la bonne volonté).

De toutes façons, ça ne me choque pas beaucoup, car il ne faut pas se leurrer au sujet de la nature des entreprises: elles sont là pour faire des affaires, les formes changent au grès des temps.

Mais ce qui m'a frappé le plus c'est la position des gouvernements (de la grande majorité, en tout cas): nous les avons élus et nous avons un certain pouvoir de les influencer. Ils ont été complétement dépassés par l'élan de solidarité qui est apparu dans la société civile et je pense que c'est un signe encourageant (au moins pour moi) de savoir que la société peut réagir en marge des gouvernements et prendre certaines affaires en main.